Solaire thermique

Le taux de pénétration du solaire thermique pour les besoins en eau chaude sanitaire atteint environ 20 % sur le territoire, quand il dépasse les 50 % sur l’île de la Réunion, dont le climat est très similaire.

Une étude en coût global permet de déterminer que le chauffe-eau solaire est le moyen de production d’eau chaude sanitaire le plus économique dès lors que la durée de vie du système dépasse huit ans. Pour une durée de vie constatée d’environ 20 ans, le chauffe-eau solaire constitue donc le meilleur moyen de produire de l’eau chaude sanitaire en Nouvelle-Calédonie.

C’est à ce titre que l’ADEME, à travers le Comité territorial pour la maîtrise de l’énergie (CTME), apporte des aides financières pour la mise en place de chauffe-eau solaire à destination des bailleurs sociaux (Société immobilière de Nouvelle-Calédonie [SIC], Fonds social de l’habitat [FSH], Fonds calédonien de l’habitat [FCH], Société d’économie mixte de l’agglomération de Nouméa [SEM Agglo]), mais aussi des collectivités (piscine, mairie, marché, etc.).

Aides aux études

Les aides portent sur les prestations intellectuelles :

  • analyse énergétique du bâtiment : étude formalisant des préconisations sur le bâtiment pour atteindre les critères d’éligibilité aux aides du CTME ;
  • étude de faisabilité : elle permet de dimensionner correctement une solution choisie en fonction des contraintes du site, des performances attendues, du coût global et des exigences du maître d’ouvrage. Le cas échéant elle permet de fournir les préconisations d’installation.

Ces aides s’élèvent à 70 % du coût de la prestation.

Aides à l’investissement (achat et pose du matériel)

Le CTME intervient à hauteur de 30 % sur l’investissement sous réserve de respect des critères minimaux de performances énergétiques

Télécharger le dossier de demande d’aide CTME (DOCX - 117.21 Ko)

Ce taux d’aide peut être majoré de 20 points pour atteindre 50 % de l’investissement sous réserve de respect des critères Écocal.

En 2013, le budget de l’ADEME consacré au solaire thermique (hors particuliers) s’élève à 41 500 000 XPF pour un budget total CTME de 83 000 000 XPF.

Projets phares

Le Médipôle

Projet de centre hospitalier et de pôle santé de Koutio : 1 200 m² de capteurs installés sur 9 installations distinctes.

Aide ADEME : 10 200 000 CFP (850 000 euros).

Audit des installations solaires thermiques de la SIC

La SIC, dont 33 % du patrimoine est désormais équipé de chauffe-eau solaires, a missionné un groupement comprenant deux bureaux d’études, l’un métropolitain et l’autre calédonien, pour auditer son parc de chauffe-eau solaires individuels comme collectifs. Le groupement a formulé des recommandations quant à la qualité du matériel, de la pose, mais aussi la sensibilisation des usagers à l’utilisation de ce type de matériel. La SIC a d’ailleurs fait part de son souhait que les résultats de cette étude soit bénéfiques pour l’ensemble des acteurs du territoire en participant à la montée en compétence de la filière.

L’aide CTME s’élève à 2 370 000 CFP dont part ADEME : 1 185 000 CFP.

La démarche CALSOL

Cette démarche a été initiée par l’ADEME en 2010. CALSOL est une marque de qualité des installateurs de chauffe-eau solaires en Nouvelle-Calédonie, développée en partenariat avec le CTME et la Chambre de métiers et de l’artisanat de Nouvelle-Calédonie. Des sessions de formation de bonnes pratiques à la pose de chauffe-eau solaires sont organisées sur l’ensemble du territoire. Sont concernés, les installateurs, les plombiers et les frigoristes. L’objectif est de créer un label qualité pour la pose de chauffe-eau solaires en Nouvelle-Calédonie.

En 2013, le portage du projet a été transféré à la CMA qui gère désormais l’intégralité de la démarche.

L’ADEME fait partie du comité de pilotage de cette démarche et participe au financement des formations. Elle intervient sur l’évolution du contenu des formations, sa mise à jour, la création de travaux pratiques, l’achat de matériels éventuels, les opérations de communication, et l’accompagnement à la pose d’un chauffe-eau solaire dans la mesure où celle-ci est réalisée par un bureau d’étude qualifié.

Les aides de l’ADEME à travers le CTME pour l’investissement solaire thermique sont attribuées sous condition que l’installateur ait suivi la formation CALSOL.

Projet de Réglementation énergétique de Nouvelle-Calédonie (RENC)

Le projet réglementaire RENC, premier texte du territoire encadrant la qualité thermique de la construction, donnera des prescriptions de moyens sur le bâti, mais aussi sur les équipements pour l’efficacité énergétique. Dès son entrée en vigueur, l’utilisation de l’énergie solaire pour la production d’eau chaude sanitaire serait obligatoire pour les bâtiments neufs et les opérations de réhabilitation lourdes (dont le montant est supérieur à 25 % de la valeur vénale du bâtiment) et ce dans les secteurs suivants :

  • résidentiel ;
  • hôtellerie ;
  • restauration ;
  • halls sportifs.

Les prescriptions de moyens porteront sur la performance des capteurs et leur mise en œuvre, la qualité des ballons et de leur appoint et le calorifugeage des réseaux.

Plus d’informations sur la Réglementation énergétique de Nouvelle-Calédonie

Qui peut bénéficier des aides de l’ADEME ?

Toutes les structures (hors particuliers) du domaine public ou privé : collectivités gestionnaires de piscines, centres socioculturels, secteur sanitaire et social, bailleurs sociaux, structures hôtelières, PME/PMI, Industries agroalimentaires, etc.

Télécharger le dossier de demande de subvention CTME (DOCX - 117.21 Ko)