Économie circulaire

Le XXe siècle a vu se développer une société de consommation qui a augmenté de façon très importante son prélèvement sur les ressources naturelles en le multipliant par un facteur 10. Les travaux du Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) et d’autres organisations montrent que par la conjonction du développement démographique, de la croissance de la consommation dans les pays développés et de l’aspiration des pays émergents à un modèle de consommation similaire, le niveau de consommation des ressources naturelles sera inacceptable avant la moitié de ce siècle.

Du linéraire au circulaire

Le modèle des pays développés consistant principalement à extraire, produire, consommer et jeter ne permet plus d’appréhender un futur raisonnable sur ce modèle. Il faut passer à un modèle axé sur une absence de gaspillage et une augmentation de l’intensité de l’utilisation des ressources tout en diminuant les impacts environnementaux. C’est ce que vise l’économie circulaire qui prend en compte trois champs :

  1. La production et l’offre de biens et de services.
  2. La consommation au travers de la demande et du comportement du consommateur (économique ou citoyen).
  3. La gestion des déchets avec le recours prioritaire au recyclage qui permet de boucler la boucle.

Les composantes de l’économie circulaire

Les principaux domaines d’action de l’économie circulaire

Schéma sur les principaux domaines d'action de l'économie circulaire. Voir le descriptif détaillé ci-après

0

Descriptif détaillé du schéma (PDF - 106.68 Ko)

Les sept piliers de l’économie circulaire :

  • l’approvisionnement durable. Il concerne le mode d’exploitation/extraction des ressources visant une exploitation efficace des ressources en limitant les rebuts d’exploitation et en limitant l’impact sur l’environnement, notamment dans l’exploitation des matières énergétiques et minérales (mines et carrières) ou dans l’exploitation agricole et forestière tant pour les matières/énergies renouvelables que non renouvelables ;
  • l’écoconception vise, dès la conception d’un procédé, d’un bien ou d’un service, à prendre en compte l’ensemble du cycle de vie en minimisant les impacts environnementaux ;
  • l’écologie industrielle et territoriale, dénommée aussi symbiose industrielle, constitue un mode d’organisation interentreprises par des échanges de flux ou une mutualisation de besoins ;
  • l’économie de la fonctionnalité privilégie l’usage à la possession et tend à vendre des services liés aux produits plutôt que les produits eux-mêmes ;
  • la consommation responsable doit conduire l’acheteur, qu’il soit acteur économique (privé ou public) ou citoyen consommateur, à effectuer son choix en prenant en compte les impacts environnementaux à toutes les étapes du cycle de vie du produit (biens ou service) ;
  • l’allongement de la durée d’usage par le consommateur conduit au recours à la réparation, à la vente ou don d’occasion, ou à l’achat d’occasion dans le cadre du réemploi ou de la réutilisation ;
  • le recyclage vise à utiliser les matières premières issues de déchets.

Vidéo « L’économie circulaire, du concept à l’action. Mobilisons-nous ! »

De l’information ciblée

L’écologie industrielle et territoriale

L’Écologie industrielle et territoriale (EIT) nourrit et accompagne le développement d’échanges autour des consommations et des rejets des entreprises et des collectivités. Plus de quarante projets d’EIT sont actuellement menés en France.

Consulter la page dédiée à l’EIT

Les enjeux de l’écoconception, les bénéfices pour l’entreprise, pour l’économie, pour l’environnement

Démarche créative, source d’innovation et de différenciation, l’écoconception constitue une approche positive de l’environnement, et un levier de création de valeur.

Consulter la page dédiée à l’écoconception

Le réemploi et la réparation

Le réemploi, la réparation et la réutilisation contribuent au prolongement de la durée de vie des produits et participent à l’économie circulaire et à la réduction de la production de déchets.

Consulter la page dédiée au réemploi et à la réparation

Appel à projets Économie circulaire 2016 en Nouvelle-Calédonie

0

L’appel à projets Économie circulaire a été élaboré en collaboration avec le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie, la province Nord, la province des îles Loyauté, la Chambre de commerce et de l’industrie (CCI) de Nouvelle-Calédonie, la Chambre d’agriculture de Nouvelle-Calédonie, la Chambre des métiers et de l’artisanat (CMA), l’Agence de développement économique de Nouvelle-Calédonie (ADECAL), l’ADEME, les grappes d’entreprises Synergie, CAP Agro NC et ACOTRED Pacifique.

6 projets innovants ont été labellisés « Économie circulaire » par le Comité technique économie circulaire en 2016.

Télécharger la liste des lauréats 2016 (PDF - 551.54 Ko)

0

Lauréats 2016

Retour sur les 1res Rencontres de l’économie circulaire en Nouvelle-Calédonie

Le jeudi 29 octobre 2015, près de 150 personnes ont assisté aux premières rencontres de l’économie circulaire, organisées à Nouméa par l’ADEME Nouvelle-Calédonie et la CCI de Nouvelle-Calédonie.

L’objectif de ce premier rendez-vous était de présenter de façon concrète le concept d’économie circulaire et d’inciter les entreprises et institutions à s’engager dans une démarche prenant en compte cette logique qui prend tout son sens dans un contexte insulaire.

Après quelques apports théoriques illustrés d’une vidéo, des entreprises locales déjà impliquées dans cet effort ont présenté leurs réalisations et projets : fabrication d’huile essentielle de santal en autonomie de ressources (eau, électricité et matières premières) sur une petite ile de l’archipel, fabrication de conserves alimentaires avec réutilisation d’eau de process et optimisation de l’énergie, intégration de déchets de verre dans des utilisations du BTP, réutilisation de matériaux avant déconstruction sur un grand chantier de logements sociaux, utilisation en revégétalisation minière de compost de déchets verts municipaux… Les exemples locaux étaient variés et encourageants.

La CCI a développé les appuis techniques qu’elle propose aux entreprises et son projet de cartographie des flux de ressources, puis l’ADEME, le gouvernement de Nouvelle-Calédonie et la province sud ont présenté les aides financières et techniques qu’elles apportent aux projets innovants et répondant aux critères de l’économie circulaire.

L’ADEME a aussi profité de cet après-midi pour informer l’auditoire du prochain lancement d’un appel à projets portant sur la thématique de l’économie circulaire.

L’économie circulaire n’ayant plus de secret en Nouvelle-Calédonie, gageons que des projets innovants prennent vie dans un futur proche.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter :

Retrouvez également les photos de l’évènement sur la page Facebook de la CCI Nouvelle-Calédonie.

À télécharger

Pour en savoir plus sur l’économie circulaire, vous pouvez consulter les ressources ci-dessous :

Fiche technique « Économie circulaire : notions » (PDF - 665 ko) ADEME, octobre 014, 14 p.

Les actions de l’ADEME pour soutenir la transition vers l’économie circulaire : illustration 2015 (PDF - 529 ko)

Recyclage : vers une économie circulaire (PDF - 837 ko) (La Recherche)

L’économie circulaire dans votre région : comprendre pour décider

ADEME & Vous, Stratégie & études no 33 : Bénéfices socioéconomiques de l’écoconception et de l’écologie industrielle (PDF - 430 ko)

Recueil des interventions et vidéos diffusées lors des Assises de l’économie circulaire à Paris (juin 2017)