Filières

L’évolution des filières de gestion des déchets est très souvent liée à un renforcement et/ou une modification de la réglementation encadrant la gestion des déchets.

En Nouvelle-Calédonie, ce sont les provinces qui encadrent réglementairement la gestion des déchets, les filières se développent donc à l’échelle provinciale, elles ont ensuite tendance à s’harmoniser sur l’ensemble du territoire.

Les filières spécifiques à certains produits en fin de vie sont généralement organisées et financées en tout ou partie par les responsables de la mise sur le marché desdits produits. C’est le principe de Responsabilité élargie du producteur (REP).

Les filières réglementées

Cinq catégories de déchets sont réglementées par le code de l’environnement de la province Sud et l’éco-organisme Trecodec est en charge, depuis juillet 2008, d’organiser les filières nécessaires à la collecte et au recyclage des piles ou accumulateurs usagés, des batteries au plomb, des huiles lubrifiantes usagées, des pneumatiques usagés et des Véhicules hors d’usage (VHU). Depuis le 1er décembre 2013, la réglementation relative aux Déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE) s’applique en province Sud. L’éco-organisme Trecodec est agréé pour organiser la collecte, le traitement et le financement de cette sixième filière.

En 2013, la province Nord a adopté la même réglementation qu’en province Sud sur les piles ou accumulateurs, accumulateurs usagés au plomb (batteries de véhicules), huiles lubrifiantes et pneumatiques usagées, véhicules hors d’usage.

Le 1er juillet 2013, la province des îles a également réglementé ses déchets polluants. Une convention annuelle a été signée entre l’éco-organisme sur les îles de Lifou et Tiga. Le programme d’actions prévoit l’organisation de la collecte et du traitement des piles, accumulateurs, batteries, et huiles de vidange. Les pneumatiques et véhicules hors d’usage feront l’objet d’opérations ponctuelles. Une convention devrait être signée avec les îles de Maré et Ouvéa.

Déchets polluants réglementés
Province Sud Province Nord Province des îles (par convention)

Sont réglementés :

  • les véhicules hors d’usage ;
  • les huiles usagées ;
  • les piles et accumulateurs ;
  • les accumulateurs usagés aux plombs ;
  • les pneus usagés ;
  • les déchets d’activités de soins à risque infectieux ;
  • les déchets d’équipements électriques et électroniques ;
  • les déchets inertes.

Sont réglementés :

  • les véhicules hors d’usage ;
  • les huiles usagées ;
  • les piles et accumulateurs ;
  • les accumulateurs usagés aux plombs ;
  • les pneus usagés ;
  • les déchets d’activités de soins à risque infectieux.

Sont réglementés :

  • les véhicules hors d’usage ;
  • les huiles usagées ;
  • les piles et accumulateurs ;
  • les accumulateurs usagés aux plombs ;
  • les déchets d’activités de soins à risque infectieux.

Les filières à venir

Le développement des filières de gestion des déchets se poursuit. Si des études sont en cours en prévision de l’encadrement réglementaire de la gestion de certains flux, des acteurs économiques ou collectivités ont également initié des actions de collecte/traitement.

Déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE)

La réglementation est rentrée en application au 1er décembre 2013 en province Sud après qu’une étude de préfiguration ait été soutenue par l’ADEME.

Déchets dangereux des ménages (DDM) et Déchets toxiques en quantités dispersées (DTQD)

Filière restant à organiser.

Produits phytosanitaires non utilisés (PPNU)

Les premières opérations de collecte auprès des agriculteurs ont été organisées dès 2011 par la Chambre d’agriculture avec le soutien de l’ADEME. Depuis, elles sont régulièrement organisées avec le soutien de chacune des provinces.

Papiers, journaux, revues et magazines (PJRM)

En 2012, la ville du Mont-Dore a initié une collecte en porte à porte en mélange avec les emballages. Fin 2013, la ville de Nouméa s’équipait de 32 Points d’apport volontaire (PAV) pour la collecte des PJRM en monoflux. En parallèle dans le cadre du Comité territorial pour la maîtrise de l’énergie (CTME), l’ADEME a accompagné une étude de faisabilité pour la valorisation énergétique des PJRM et des cartons en co-combustion avec le charbon dans la centrale thermique de KNS sur le site métallurgique de Vavouto (Voh).

Métaux ferreux et non ferreux

Les filières de valorisation des ferreux ou « ferrailles » ont été développées de longue date par les professionnels du secteur. Concernant les non-ferreux, et les canettes en particulier, bien qu’en l’absence de dispositifs de type REP, les collectes se sont développées (SIVM Nord, Ville du Mont-Dore, SIVM Sud, Ville de Nouméa…). Ces dernières ont pu être suscitées par la présence de professionnels du secteur ayant développé des débouchés.

On note l’existence d’une fonderie d’aluminium permettant la production – à partir de déchets d’aluminium – de lingots utilisés localement dans la purification du ferronickel.

Carton et emballages cartonnés

Certaines collectivités ou industriels ont mis en place de bennes pour la collecte des cartons. Actuellement ces déchets sont ensuite compactés en balle et exportés vers des filières de valorisation en Australie ou en Asie en vue de leur valorisation dans l’industrie papetière.

Verre

Des filières locales de valorisation sont en cours d’étude pour le verre creux et des réflexions sont menées pour encadrer réglementairement ce flux de déchets dont le poids est conséquent dans la poubelle des ménages.

Déchets organiques

Deux plateformes de compostage sont en activités en Calédonie. Elles permettent la valorisation des déchets verts produits par les ménages situés à proximité. Il s’agit de la plateforme du Lycée Agricole de Pouembout (province Nord) et de la plateforme du SIVM Sud à La Foa (province Sud). La structuration des filières de valorisation des déchets organiques est un enjeu important. Deux études sont en cours : l’Assistance à maitrise d’ouvrage organique de la province Sud et l’étude biomasse menée par le CTME. Elles devraient permettre de concrétiser la réalisation des projets et de générer des débouchés pérennes pour le compost.

Déchets inertes (DI)

La gestion des déchets inertes est en cours de structuration. En province Sud les bordereaux de suivis ont été rendus obligatoires en 2012 et permettront à terme de s’assurer de la bonne gestion de ces déchets. En l’absence d’Installation de stockage des déchets inertes (ISDI) ou de plateforme de valorisation des déchets du BTP, les déchets inertes du Grand Nouméa font actuellement l’objet d’un « endigage » en baie de Koutio.