Compostage

Contexte et enjeux

En Nouvelle-Calédonie, plus de 130 000 tonnes de déchets organiques (résidus d’origine animale ou végétale, hors papiers et cartons) sont produits chaque année. Un quart de nos déchets ménagers et plus du tiers des déchets non dangereux des activités économiques sont organiques. Les déchets organiques sont encore majoritairement destinés à l’enfouissement ou au brûlage.

Parallèlement, l’importation d’engrais minéraux destinés aux activités agricoles (pour moitié en provenance de métropole) a bénéficié de 192 MF de dotations des collectivités en 2013, tandis que terreaux et composts sont couramment importés.

De même, le volume de nos déchets ne cesse d’augmenter, entrainant des coûts de traitement de plus en plus importants.

Pourtant des composts, produits localement, pourraient répondre en partie aux besoins en matières fertilisantes et amendantes dans les exploitations agricoles ou horticoles, la revégétalisation de sites, l’aménagement des espaces verts des communes, et chez les particuliers.

La pratique du compostage contribue à réduire la quantité des déchets mis au rebus, elle permet de lutter contre les feux de brousse en proposant une alternative au brûlage et elle constitue une activité économique intéressante et un vecteur de lien social.

Qu’est-ce qu’un déchet organique ?

Cette appellation couvre les déchets verts (jardinage, élagage), les biodéchets (restes de repas, épluchures), les déjections animales, les déchets carnés et de poissons, les boues de stations d’épuration et de vidange. On doit rajouter à cette définition les papiers-cartons et les déchets organiques des activités des entreprises (drêches et levures de brasserie). Ces déchets sont toutefois valorisés autrement qu’en compostage (nourrissage des animaux/fabrication papier recyclé).

Le compostage, qu’est-ce que c’est ?

Le compostage est un processus biologique naturel de transformation et de valorisation de la Matière organique (MO) – feuilles, branchages, préparation et restes de repas, papier, carton, tonte, etc. – en matière fertilisante.

Ce processus naturel s’opère grâce à une activité biologique intense constituée de :

  • micro-organismes : bactéries, champignons, algues… ;
  • macro-organismes : lombrics, cloportes, larves…

Le compost obtenu présente souvent les caractéristiques d’un « amendement organique ». Les amendements organiques nourrissent le sol. Ils sont destinés à l’entretien ou à la reconstitution du stock de matière organique du sol et à l’amélioration de ses propriétés physiques et/ou chimiques et/ou biologiques.

Le compostage peut se réaliser à différentes échelles (centralisé, en communauté, individuel) et concerne toutes matières organiques seules ou en mélange.

0

Éditée par l’ADEME en avril 2015 à l’occasion de la seconde journée technique du compostage, cette brochure de 16 pages met en lumière les différentes pratiques, allant du compostage individuel au compostage centralisé en plateforme en passant par le compostage en communauté. L’ouvrage donne aussi un aperçu synthétique des résultats des études de conformité à la norme existante menées sur quelques composts locaux.

Les pratiques de compostage en Nouvelle-Calédonie (ADEME, 2015) (PDF - 3.33 Mo)

Protocole d’échantillonnage

Afin de permettre une meilleure comparaison des analyses de compost réalisées en Nouvelle-Calédonie, un protocole d’échantillonnage a été réalisé en 2013 avec divers acteurs du territoire calédoniens ainsi qu’en se basant sur des protocoles d’échantillonnages existants.

Télécharger le protocole d’échantillonnage (PDF - 114.46 Ko)

Retour sur la 2e journée technique Compostage des matières organiques du 22 avril 2015

Une 2e journée d’échanges autour des techniques de compostage des matières organiques en Nouvelle-Calédonie, organisée par l’ADEME en partenariat avec le SIVM SUD La Foa, la Chambre d’agriculture de Nouvelle-Calédonie et la province Sud s’est déroulée le 22 avril 2015.

Les déchets organiques produits en Nouvelle-Calédonie sont encore majoritairement destinés à l’enfouissement ou au brûlage et font rarement l’objet d’une valorisation. Parallèlement, des besoins en matière organique se font sentir pour l’agriculture, la revégétalisation des sites et les particuliers, tandis que la pratique de compostage constitue une activité économique intéressante et un vecteur au lien social.

Un an et demi après la 1re journée technique compostage de septembre 2013, qu’en est-il des opérations compostage qui avaient été initiées ? Quels nouveaux projets ont vu le jour ? Quelle est la qualité des composts produits ? Quelles sont les perspectives de développement ? Quel impact des opérations sur le lien social ou l’activité économique ?

Cette journée a été l’occasion de :

  • réaliser un bilan sur la qualité des composts produits et un retour d’expérience sur les opérations de compostage en Nouvelle-Calédonie ;
  • réunir les acteurs afin d’échanger sur les pratiques de compostage adaptées aux besoins locaux.

Télécharger les présentations de la table ronde 1 : « Du compost de qualité, des besoins locaux » (PDF - 4.08 Mo)  ;

Télécharger les présentations de la table ronde 2 : « Le compostage, un projet de territoire et des Hommes » (PDF - 2.32 Mo) .