ADEME Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie

L'ADEME en Nouvelle-Calédonie

L'ADEME en Nouvelle-Calédonie

Rapport d'activité

Sur la période 2000-2014 les engagements cumulés de l’ADEME en Nouvelle-Calédonie ont représenté près de 2,8 milliards de Franc XPF (soit 23,2 millions d’€) répartis à 56 % sur la thématique environnement / déchets, 42 % énergie / climat et 2 % pour la qualité de l’air.

Le graphique ci-dessous indique une montée en puissance des interventions de l’ADEME et ses partenaires pour la prise en compte des questions environnementales et énergétiques dans le développement du pays.

Évolution des engagements financiers de l'ADEME de 2000 à 2014. Voir le descriptif détaillé ci-après.
Évolution des engagements financiers de l'ADEME de 2000 à 2014

Descriptif détaillé du graphique (XLSX - 10.3Ko)

En 2014, malgré un contexte budgétaire national contraint, ce sont encore 370 millions de Francs XPF (soit 3,1 millions d’€) qui seront mobilisés en faveur du développement durable de la Nouvelle-Calédonie, dans le cadre de partenariats avec les collectivités compétentes et de façon intégrée aux contrats de développement 2011-2015 mis en place par l’État.

Voir la synthèse d'activité de l'ADEME en Nouvelle-Calédonie : Bilan 2014 et perspectives (PDF - 2.6Mo)

Déchets, Environnement et Air : 185 opérations soutenues de 2004 à 2013

Sur les thématiques déchets / environnement / air, de 2004 à 2013, 185 opérations ont été soutenues pour un montant d’aides ADEME de plus d’un milliard de Francs XPF (soit plus de 8,3 millions d’€).

Dans le graphique ci-dessous on constate que les crédits ont majoritairement été mobilisés dans la mise en place d’infrastructures de gestion et traitement (déchèteries, équipements de collecte, réhabilitation de sites, études opérationnelles) tandis que les approches globales déchets (communication/sensibilisation/formation, études globales et financement de postes) ont représenté 25 % des budgets mais plus de 120 opérations.

Déchets, environnement et air : répartition des soutiens financiers de l'ADEME de 2004 à 2013. Voir le descriptif détaillé ci-après.
Déchets, environnement et air : répartition des soutiens financiers de l'ADEME de 2004 à 2013

Descriptif détaillé du graphique (DOCX - 15.1Ko)

En 2014, 270 millions XPF (soit 2,26 millions d’€) sont engagés par l’ADEME sur la thématique déchets / environnement, soit le double de ce montant si l’on intègre l’intervention des 3 provinces. Cette intervention prévoit de poursuivre la mise en place en d’infrastructures de gestion des déchets tout en structurant les filières et en faisant évoluer les pratiques en faveur de la prévention des déchets.

Énergie et Climat : 428 opérations soutenues de 2004 à 2013

Sur la thématique énergie et climat (856 millions XPF d’aides), les deux tiers de l’intervention de l’ADEME ont été intégrés dans le cadre du partenariat historique avec le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie au travers du CTME, le tiers restant étant dévolu à des actions en fonds propres de l’ADEME notamment au travers du dispositif Fonds chaleur.

Des crédits conséquents ont été dévolus aux énergies renouvelables, dont la filière solaire thermique représente 57 % des opérations et 34 % des budgets totaux. Les opérations d’efficacité énergétique (audits bâtiments/industries et qualité environnementale) et approches globales énergie (communication/sensibilisation/formations, études globales, mise en place d’outils et financement de postes) constituent également deux postes importants avec respectivement 32 % et 21 % des crédits alloués.

Énergie et climat : répartition des soutiens financiers de l'ADEME de 2004 à 2013. Voir le descriptif détaillé ci-après.
Énergie et climat : répartition des soutiens financiers de l'ADEME de 2004 à 2013

Descriptif détaillé du graphique (DOCX - 15.2Ko)

En 2014, dans le cadre du CTME, l’ADEME a prévu d’engager 100 millions XPF (soit 838 000 €) sur la thématique environnement / climat, soit le double de ce montant si l’on intègre l’intervention du gouvernement de la Nouvelle-Calédonie.

Les nouveaux objectifs seront notamment d’accompagner la réflexion urbanisme durable au travers de la démarche AEU2, d’initier la création d’un Espace Info Énergie – faisant aujourd’hui défaut sur le territoire – et développer un dispositif en faveur des modes de déplacements alternatifs à la voiture particulière.