ADEME Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie

L'ADEME en Nouvelle-Calédonie

Bâtiment

Contexte territorial

Alors qu’en métropole le secteur résidentiel tertiaire constitue le 1er consommateur d’énergie finale pour des besoins évidents de chauffage, ce secteur occupe en Nouvelle-Calédonie le troisième poste le plus consommateur après l’industrie lourde et le transport. Avec près de 10 % de la consommation totale finale du territoire, le secteur du bâtiment offre donc un potentiel de gisements d’économie d’énergie relativement important que l’ADEME souhaite aborder en répondant au double enjeu que constituent d’une part l’appétence du grand public pour un habitat faiblement consommateur d’énergie et d’autre part la recherche d’un optimum de qualité architecturale et de fonctionnalité ancré dans la culture calédonienne.

À travers le CTME (Comité Territorial pour la Maîtrise de l’Énergie), plusieurs actions ont été engagées sur le thème de l’efficacité énergétique dans le bâtiment, que ce soit par l’octroi de subventions pour l’aide à la décision, le soutien financier dans le cadre d’appel à projets, l’élaboration d’outils ou encore l’animation de sessions de sensibilisation et d’information.

D'ECOCAL…

Contextualisé pour répondre à certaines spécificités du territoire, ECOCAL est l’adaptation du label ECODOM créé en 1997 dans les DOM dans le but de limiter le recours à la climatisation.

Lancé en 2006, il s’agit de la première initiative en Nouvelle-Calédonie pour favoriser la réflexion sur la qualité thermique des bâtiments. Sous la forme d’un cahier de prescriptions techniques et de recommandations, ECOCAL recense les bonnes pratiques concernant l’implantation du bâtiment sur le site, les protections solaires, la ventilation naturelle et la production d’eau chaude sanitaire permettant d’atteindre un idéal de confort dans le logement. Cette démarche a été la base de réflexion sur laquelle le CTME s’est appuyé pour développer sa stratégie dans le bâtiment et pour conditionner ses aides aux études et à l’investissement. Avec l’entrée en vigueur prochaine de la RENC, ECOCAL a vocation à être refondu en un label de qualité pour les maîtres d’ouvrages souhaitant aller au-delà des prescriptions règlementaires, dans une démarche volontaire.

Exemple : Lotissement Pai Kaleone – Hienghène – SIC

Protection solaires : débords de toiture

Ventilation naturelle : mise en œuvre de jalousies

… au projet de réglementation énergétique de Nouvelle Calédonie (RENC)

Actuellement au stade de projet de loi attendant d’être voté, cette règlementation a vocation à « appliquer des seuils minimaux de performance énergétique aux différents composants et équipements d’un bâtiment ».

Cela signifie qu’elle interviendra d’une part sur les dispositifs constructifs en fournissant des objectifs en termes de facteur de transmission solaire pour les parois opaques et les baies, de ventilation naturelle, d’étanchéité des ouvrants dans le cas d’espaces climatisés. En fonction de la typologie du bâtiment, des objectifs en ventilation naturelle seront fixés et une autonomie de 70 % en éclairage naturelle sera par exemple recherchée.

D’autre part, la RENC s’attache aussi à fournir des prescriptions sur les équipements énergétiques, intervenant donc sur un périmètre plus large que la RT2012 qui ne traite pas de ces sujets. La température de consigne d’une climatisation ne pourra plus descendre en dessous de 25°C et le matériel utilisé devra être certifié Eurovent. Le propriétaire aura l’obligation de souscrire à un contrat de maintenance afin de prolonger la durée de vie et l’efficacité des systèmes mis en œuvre. L’éclairage devra respecter une puissance installée en W/m² maximale et la présence de brasseurs d’air sera fortement encouragée.

Le CTME a porté le projet de la future réglementation énergétique des bâtiments en finançant toutes les études technico-économiques nécessaires au développement technique du cahier des prescriptions.

Liste des bureaux d'études énergie en Nouvelle-Calédonie (PDF - 256.4Ko)